Cette année Martine a eu l'idée de faire des salades avec les bambous. Nous avons testé ça avec des copains, ils ont aimé.

Les jeunes turions des phyllostachys sont tous comestibles, mais ils ne sont pas tous délicieux ! Il parait que le champion c'est le Phyllostachys nigra, mais pour l'instant je ne saurais dire, parce qu'il pousse plus tard (fin mai).

Les bambous

phyllostachys%20aureosulcata%20%27aureocaulis
aureosulcata
humilis
Viridi-glaucescens
humilis
humilis

Le Phyllostachys aureosulcata 'aureocaulis' à l'entrée du jardin. Il commence à pousser fin avril. Délicieux.
Photo de droite, un peu plus loin du même côté, un Phyllostachys humilis fait encore plus de pousses, mais elles sont trop fines pour être intéressantes à ramasser (je suis juste obligé de les enlever quand même, et il en fait pendant un bon mois).

Sur la photo du centre, le Phyllostachys viridi-glaucescens, un bambou qui peut pousser à 8m. Le bosquet fait dans les 15 mètres de large. Il fait de gros turions faciles à cueillir mais une fois cuit, ils sont un peu trop amers.

Les turions

bambou 01.JPG
Turion
phyllostachys%20aureosulcata%20%27aureocaulis
Jeune chaume

Tous ces bambous font des pousses que j'avais pris l'habitude de détruire afin de ne pas les laisser envahir la pelouse entre le fossé et l'allée, au risque d'abimer cette dernière malgré le bitume.

Martine a constaté que l'idéal pour la cueillette est de 10-15 cm de hauteur. Comme sur la photo de gauche.
Ces turions deviennent ensuite de jeunes chaumes (cf. à droite), et là c'est trop tard pour envisager de les cueillir.

La cueillette

bambou 05.JPG
Cueillette
bambou 07.JPG
coupés

Quand ils sont de la bonne taille, il suffit de les cueillir à la main comme le montre Martine.
En revanche quand ils sont plus petits, en particulier ceux que je ne veux pas laisser pousser le long du chemin, j'emploie une gouge à asperge. En fait, cueillir des turions trop petits n'est pas une bonne idée pour la cuisine, parce qu'il faut ensuite les éplucher, et du coup ça ne vaut pas la peine de les garder. Je ne les coupe que parce que je ne veux pas qu'ils poussent à cet endroit. Dans le fossé, ou sur la partie interne du jardin, je les laisse atteindre la bonne taille.

La cuisine

bambou 10.JPG
La récolte
bambou 25.JPG
épluchage

Et voici dans notre cuisine notre récolte prête à être travaillée. On a déjà enlevé tous les turions d'humilis, trop fins et poilus, berk !

Je photographie, Martine travaille.

Épluchage

bambou 15.JPG
Peau

Elle commence par enlever la peau extérieure, comme pour un oignon.

bambou 17.JPG
bout

Ensuite il faut tâter délicatement avec un couteau pour éliminer le bout trop dur.
C'est le même système que pour des asperges vertes !
Il y a un petit coup de main à attraper pour savoir où couper.

 

bambou 20.JPG
finition
bambou 27.JPG
Nœuds à éliminer

Opération finale : elle coupe les bambous en petits morceaux, en éliminant au passage les endroits où il y a des nœuds qui semblent durs.

 

bambou 30.JPG
Ça cuit
bambou 32.JPG
Le final

Il ne reste plus qu'à les mettre dans l'eau bouillante pendant une dizaine de minutes (al dente, ils sont meilleurs)
On ajoute fines herbes, oignon doux, vinaigrette.

Quelle satisfaction de trouver délicieux un produit du jardin que nous écrasions avec mépris auparavant !

bambou 33.JPG
Oh mais que c'est beau et bon !