dimanche 23 février 2014

Des oiseaux qu'on n'avait pas encore vus

De nouvelles photos d'oiseaux que nous n'avions pas vus depuis un bon moment !
Sur le site (clic pour voir la photo en grand, comme d'hab')

 

 

Il y a quelques semaines un couple de héron garde-boeufs est venu passer une semaine de vacances à la maison. Ils sont restés près d'Olympie, dans la journée, et le soir ils repartaient dans une presqu'ile du lac.

 

Il y a quelques temps, sur la pelouse près de la maison, au nord, que ne voyons-nous pas ? alors ça c'est rare, un couple d'étourneaux en train de picorer. Un mâle, sombre à l’œil noir qui me regarde même si je ne suis pas toréador, et une femelle plus tachetée, avec les yeux nettement plus clairs que l'autre.



celui-ci n'est pas rare, mais on ne le voit que dans la partie sud du jardin, et il est bien farouche... Un rouge-queue noir.

 

et tiens, ce ne sont pas des oiseaux, mais comme le soleil brille, les rainettes de la serre sortent sur une feuille du monstera. Elles se chauffent au soleil qu'elles n'avaient pas senti depuis pas mal de temps.

dimanche 25 mars 2012

Les oiseaux nous quittent

Le printemps arrive. les oiseaux ne viennent pratiquement plus manger près de la terrasse d'En Galinou, sauf les goinfres style notre fauvette célibataire, le rouge-gorge et quelques mésanges.

tourterelle
Une nouvelle est apparue, une tourterelle turque. Elle est venue manger une fois

Le couple devrait nicher dans les conifères au sud

tourterelle
on en entend une surtout, qui fait un potin du diable en roucoulant du haut de l'arbre le plus haut du jardin d'où elle surveille les environs.

on a fermé le restaurant et remis la table à sa place sur la pergola nord-ouest.
La dalle était d'ailleurs couverte d'épluchure de graines de tournesol ! on voit bien que les petits passereaux se perchaient sur le rosier pour les manger à leur aise après les avoir ramassés sur la table.

 

 

 

mercredi 7 mars 2012

On continue dans les oiseaux d'En Galinou (hiver)

Cette fois-ci les petits nouveaux constituent un couple d'oiseaux qui, en général, se planque dans les buissons et n'est pas visible.

Pourtant il a repéré le restaurant !

C'est un couple de Bruants zizi.

couple de bruant

quand ils viennent au sol, j'en profite :

bruant male bruant femelle
à gauche, le mâle, tête jaune et noire, caractéristique
   à droite, la femelle

lundi 20 février 2012

Un nouveau (oiseaux d'En Galinou, encore)



Ce matin voilà-t-y pas qu'on repère un oiseau qu'on n'avait encore jamais vu. Pas facile à photographier l'animal ! D'autant plus que sa couleur générale grisâtre est très camouflante dans un buisson. Surtout quand il est encadré par des mésanges !
Tête un peu rouge sur le dessus, alors on cherche dans les livres, on vérifie sur notre site favori, et on trouve que c'est une petite nouvelle, une Fauvette à tête noire et comme sa tête n'est pas franchement noire, eh bien c'est sans doute une femelle.


Va falloir que je me trouve un meilleur objectif. Papa Noël, mais kestufous ?

modifions : la fauvette s'est laissée approcher, c'est une femelle, un mâle aurait la tête réellement noire.

mardi 14 février 2012

Enfin !, la grive (oiseaux d'En Galinou, en hiver, 3ème)

Comme la terre est de plus en plus gelée, les oiseaux se rapprochent de la maison, d'ailleurs il va falloir que j'aille racheter des graines, ils en mangent une quantité faramineuse !
et que vois-je au pied de la table, même pas effarouchée par ma venue ?

Grive



une Grive musicienne

Comment la distingue-t-on des autres ? ce n'est pas toujours facile. Il y a cependant deux indices clefs : D'abord elle n'est pas plus grosse qu'un merle, même plutôt plus petite, et surtout le coin qu'elle fréquentait il y a quelques jours est plein de coquilles d'escargots cassées.


Or, d'après le site oiseaux libre :

"En été si le temps est sec ou si la terre est gelée en hiver, la grive musicienne ne peut plus se nourrir de vers de terre. Alors elle brise les coquilles d'escargot en les frappant sur une « enclume » (pierre, racine, terre durcie). Cette technique prend du temps et n'est utilisée que si les autres aliments ne sont pas disponibles. La grive musicienne est le seul passereau qui mange les escargots en brisant ainsi leur coquille ; quelquefois le merle essaie parfois de lui voler le fruit de son travail

mercredi 8 février 2012

Les oiseaux d'En Galinou en hiver (suite)

oiseau
cliquez sur les photos pour les agrandir

Dans l'arbuste à côté, on voit bien les petits quand il fait un peu de soleil. 2 Verdiers, rouge-gorge, mésanges (2 types), pinson.

Comme il fait exceptionnellement froid, -11 cette nuit, -6 dans la journée, même les gros oiseaux se rapprochent qu'on n'avait jamais vus si près. 

merlesDes merles s'approchent jusqu'à l'entrée de la serre ; ils ne me voient pas à cause de la double séparation entre eux et moi.

On a vu une buse passer à ras de la maison, cherchant sans doute à manger, mais elle n'est ni assez rapide ni assez adroite pour attraper un de ces petits.

Le geai, si farouche, nous surveille : on l'a déjà vu perché geai sur les bambous de soutien de la glycine, mais, dès qu'il nous voit, il fuit.
En revanche, il reste dans le coin, là il est perché sur l'une des pierres de la rocaille centrale, pas bien loin quand même ! Il y a aussi une grive draine, mais elle reste près de l'amandier, pas encore de photo, je la mettrai peut-être plus tard !

 

dimanche 5 février 2012

Les oiseaux d'En Galinou en hiver (premier article)

Il neige, les oiseaux viennent à la fenêtre ou pas loin : Il fait très froid pour la région, en dessous de -5.
Les oiseaux habituels viennent manger à la fenêtre, on prend même un couple de mésanges bleues, le mâle portant sa coiffe iroquoise

oiseau
cliquez sur les photos pour les agrandir



Même le rouge-gorge se laisse photographier : oiseau







Mais des nouveaux arrivent, qu'on ne voit qu'à ces moments là, par exemple les pinsons : le mâle vient jusqu'à la fenêtre, la femelle reste près de la table et ne monte même pas dessus, prudente la bestiole !

oiseau oiseau

Un bon gros verdier mâle vient s'installer dans la mangeoire, bousculant les mésanges :

oiseau



la femelle reste plus loin, elle va sur la table mais ne s'approche pas plus près

oiseau






Cette année on n'a pas encore vu revenir une bergeronnette comme celle-ci :

oiseau

On a vu un geai s'installer sur une sculpture pas bien loin, (si vous connaissez le jardin, c'est la harpe en bambou) et surveiller la fenêtre de ce poste. Mais tant qu'il sent le moindre mouvement derrière, il ne s'approchera pas. Tant pis !

toutes les photos des oiseaux si vous voulez

vendredi 27 janvier 2012

Les mésanges d'En Galinou

Les oiseaux sont très présents maintenant dans notre jardin, nous sommes depuis peu refuge LPO ( ligue de protection des oiseaux) depuis que je me suis aperçue que nous répondions à tous les critères : pas de traitements, des arbres et arbustes à petits fruits, des haies semi-sauvages, des trous dans les murs, des troncs morts et des vieux arbres. Sans compter des maisons d'oiseaux où ils vont rarement mais dont j'aime beaucoup la présence.

A mesure que le jardin se développait en hauteur les oiseaux sont apparus.
Je me souviens du jour où j'ai aperçu un nid de pie gros comme un ballon de foot dans un arbre du bois, ça prouvait que les arbres avaient enfin grandi.
On s'est tellement moqué au début de notre bois où les arbres étaient noyés dans l'herbe...

Selon les endroits, nous voyons aussi les merles ( au sol souvent) et moineaux bien sur mais aussi des geais qui adorent les pommes du malus Evereste, une chouette dans le hangar, un pivert dans le verger, des tourterelles dans les cyprès , des huppes fasciées sur le chemin et dans le verger, des hérons, grandes aigrettes, goélands et cormorans sur le lac, des hirondelles et des guêpiers sur les fils sans oublier les faisans et perdreaux rescapés qui se réfugient dans nos haies.

Mais nos habituées sont surtout les mésanges. Voila un moment qu'elles nous accompagnent. Elles apparaissent à l'automne, viennent en nombre manger les boules de graisse et les graines de tournesol que nous leur fournissons. Le spectacle en vaut la peine. La fenêtre de la cuisine est à barreaux, ce qui permet d'accrocher trois suspensions pour cinq boules qui sont consommées le plus souvent en une semaine. Il peut y avoir jusqu'à 10 mésanges consommant ensemble, bleues et charbonnières mélangées.
Récemment, pendant plus de dix jours  plus une seule mésange n'est venu manger à la fenêtre : j'avais acheté un seau de boules de mauvaise qualité (Eco +) qui ne leur a pas plu du tout, elles ont déserté la fenêtre en continuant à aller picorer le tournesol. Quand j'ai changé de marque, il a fallu une autre semaine pour qu'elles comprennent que le restaurant était redevenu correct.

mesange_bleue_web.jpg

Les charbonnières sont un peu plus grosses et dominantes mais les bleues ne se laissent pas intimider . La coiffure légèrement punk des mâles bleus nous permet de les distinguer des femelles.
Un rouge gorge, solitaire comme toujours, se mêle à elles dans l'érable le plus proche de la fenêtre et mange ce qui tombe car les mésanges sont les seules à manger à l'envers suspendues aux boules.

deux_mesanges.jpg

Et en dehors du rouge-gorge, ce sont les seuls oiseaux à s'approcher aussi près de la maison, bien que quelques moineaux tentent parfois le coup.
Au printemps, elles nourrissent leurs jeunes de chenilles, nous en avons souvent en quantité dans les fusains caducs et, en huit jours, plus rien, tout est nettoyé.
Ensuite on ne les voit plus jusqu'à l'automne suivant. On se contente de nos oiseaux en fer, les seuls à rester, mais c'est une autre histoire.

oiseu_fer_1.jpg