de l'utilisation du fer à béton en guise d'arche à Galinou

000.jpg

Note : clic sur chaque image pour la voir plus grande dans un autre onglet

Depuis le début, nous utilisons le fer à béton dans le jardin d'En Galinou, en particulier pour faire des arches de soutien des rosiers. Au début, c'était juste une question d'argent : une bonne arche en métal vaut cher, et nous en avons eu vite besoin d'une bonne série. Par la suite, la souplesse d'utilisation de ce genre de fer nous a bien servis.

Techniquement parlant, c'est une SEMELLE FILANTE, 6 mètres de longueur, C'est du 10 mm2, le 3 ne suffit pas, il plie.

structure simple

Ces fers sont enfoncés dans le sol sans utilisation de béton, c'est la chose la plus importante. Il faut être deux. Une personne plante les 5 premiers cm d'un bout au bon endroit ; la seconde prend l'autre bout et force le fer à former une voûte, avance en le pliant de plus en plus vers le haut, ce qui n'est pas vraiment difficile, puis plante le deuxième côté. On rentre alors les 30 cm que l'on voit à gauche (photo plus haut) - avant la première petite barre soudée perpendiculairement à l'axe - on les rentre dans le sol jusqu'à ce que la petite barre affleure ou s'y enfonce.

001.jpg

Premier essai en 1995. On a juste planté le fer à béton, et mis un jeune rosier liane au pied. On s'apercevra très vite que cette technique n'est valable que pour des plantes qui n'ont pas de grande envergure. Pour les rosiers lianes, c'est totalement insuffisant. Les fers vont plier sous le poids !

Si l'on regarde bien cette photo, on voit que la distance entre les deux fers est trop importante : même en les reliant avec des bambous du jardin, le poids supporté par chaque fer est en fait énorme.

001a.JPGQuand il y a beaucoup d'herbe, un bout de plastique, un carton, enfin quelque chose d'obscur recouvre le sol, là où on va planter. Alors que dans la photo précédente, le rosier a été mis de suite, vu qu'il est dans le potager (qui, lui, n'existe plus depuis longtemps, et fut recréé bien après à l'est, cf. l'article de Martine sur le potager).

La première difficulté c'est que le poids des rosiers avait une résultante qui n'était pas dans l'axe, et donc au bout d'un moment le fer s'inclinait de plus en plus d'un côté ou de l'autre, au point parfois de tomber.

002.jpg

à gauche : Notre technique a évolué : on renforce l'installation par un piquet de bois bien solide avant de planter le grimpant.

Cette technique est tout à fait valable pour une plante grimpante pas trop lourde. Il faut un piquet assez gros pour empêcher une jeune bignone, ou un rosier, de tordre le fer.

Premier duo

Gauche : Cette structure peut porter deux grimpants, s'ils ne sont pas trop lourds.

04.jpg

Droite : ça donne ça dans les dernières versions (photo de 2013). C'est l'un des intérêts pour nous de cette technique : le fer à béton que nous avons d'abord utilisé pour l'allée de rosiers nous sert aussi à structurer : Même nu, l'aspect des fers avec leur piquet donne au jardin une structure que nous trouvons intéressante.

C'est aussi un moyen de visualiser en volume ce que donnerons les haies quand elles auront poussé !

Les structures plus complexes

05a.JPG

003.jpg

assemblage simple

Comme je l'ai déjà dit, le système précédent n'est pas suffisant pour tenir en place des rosiers lianes de 5 mètres ou plus de long. Nous avons eu l'idée de croiser à 90° et associer deux fers. Dans l'idéal on pourrait les souder, mais il suffit de les attacher. Au tout début on a mis une cordelette, mais en fait c'est le fil électrique qui s'est révélé idéal, à la fois souple et solide.

05c.JPG

 

Vu de plus loin, ce genre d'assemblage donne ceci :

 On a ici un banks lutea attaché à deux fers. C'est provisoire, ça ne va pas suffire, cf. plus loin.

Assemblage pour allée

08a.JPG08c.JPG

Notre montage pour l'allée des roses a bien évolué. On est parti des montages précédents, qui ont cédés sous le poids.
Il a fallu renforcer encore.

A chaque pied de rosier on a trois fers qui se croisent et se mêlent renforçant l'armature générale. Ils sont disposés à 90°, formant trois cotés d'un carré. Les tiges poussent entre ces trois fers, elles sont attachées dessus avant de bifurquer vers l'intérieur.

Les rosiers qui ont de grandes lianes sont attachés sur cette structure.

Des bambous renforcent le haut, ils sont attachés par du fil électrique, la ficelle ne résiste pas assez !

fer_a_beton_60.jpg

Les fers sont reliés entre eux par des bambous. Dans un premier temps (2004), nous avions relié les fers transverses par de 4 ou 5 cannes de bambou conduites donc dans le sens de l'allée. Les tiges latérales des rosiers seront attachées dessus.

Cette structure comporte deux défauts. Le premier c'est qu'elle n'est pas assez solide, ou alors il aurait fallu mettre beaucoup plus de bambous. le deuxième défaut, c'est que les côtés sont trop bas, puisque la voûte suit la courbe du fer. Au moindre pliage des soutiens, plus personne ne peut passer dessous sans s'accrocher.

30.jpg

En 2011, on change la structure : les bambous principaux sont cette fois-ci appuyés sur les arches latérales, ces dernières sont plus étroites que les arches principales, elles sont donc plus hautes (parce que de même longueur). Parallèlement à l'allée, on met des bambous plus courts, qui forment un toit.

Ceci résout le problème de la hauteur générale trop faible auparavant... quoique si vous dépassez 1m70, disons 75, il va falloir porter un chapeau !

François de Juranville



Et voilà le résultat (François de Juranville...)

Structure en carré

20.jpg

Nous avons un Banks blanc, fort joli, mais un peu lourd, bien sûr !
On a d'abord essayé deux fers l'un à côté de l'autre, le banks les recouvre et, pour qu'il n'envahisse pas tout le coin, on taille à ras les branches qui partent en sens contraire (vers l'extérieur), on supprime les bouts qui dépassent et retombent trop.

21.jpgça ne va pas suffire, le banks est vraiment très lourd. Alors on reprend la technique du croisement, cette fois ci avec quatre fers à béton en carré, qui se croisent aux angles et sont renforcés par un piquet. Et, bien sûr, des bambous pour relier les demi-cercles. Pourtant, il n'y a qu'un seul rosier !

22.jpg

Pour faire cette modification, il a bien fallu descendre le banks, ce qui tombait bien, parce que le vent l'avait beaucoup abimé. Deux bancs pour un vis-à-vis.


resul.JPGNous espérons qu'en plus ce sera plus solide et que tout ne va pas plier dans les prochaines années. En attendant voilà ce que ça donne, (comme le vent d'autan a soufflé en tempête, le rosier a été en partie arraché à la structure, en 2014 il va falloir le tailler sévèrement et le rattacher.

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://galinou.fr/dotclear2/index.php?trackback/70

Fil des commentaires de ce billet