Bambous : l'anti-rhizome d'En Galinou

La barrière des nigras

Premier article sur les bambous. Une vieille histoire dont j'ai gardé des traces photographiques...
un combat bien tardif contre un massif que nous avons laissé pousser sans controle trop longtemps. Du coup la correction de l'erreur a été difficile. Nous avons gagné, bien sûr, mais quel boulot !

nigra
Nigra 2008
nigra
Nigra 1998 au début

2008, un petit massif de Phyllostachis nigra commence à devenir très envahissant. Au début, 10 ans avant, c'était juste un petit buisson contre le mur ouest de la source. (à l'extrême gauche sur la photo de droite).

 

nigra
La source en 93


Le nigra va faire tout le tour par le côté nord. Nous nous inquiéterons, un peu tard, quand nous verrons un turion ressortir à l'angle sud-est, là où sur cette photo vous voyez un piquet de bois.

 

nigra01.jpg
 

Parti du mur comme on le voit sur la photo de 98, il est remonté vers le nord, passé le long de la limite nord, et de longues longues racines étaient descendues jusqu'au bord sud de l'autre côté. Il fallait faire quelque chose. D'abord couper tous les bambous de l'est à ras comme on le voit ici à gauche.
Ce qu'on ne voit pas sur la photo, c'est que le coin de la source, juste devant, est envahi par une masse compacte de racines de bambous, qui va être dure à enlever.

nigra03.jpg
 

On va donc creuser ici pour couper les racines de leur source et mettre un barrage.
Tout d'abord, dégager profondément le petit bâtiment de la source elle-même.

nigra04.jpg
 

 

Il faut de l'huile de coude et du matériel, pioche et grand sécateur à crémaillière.

nigra05.jpg
 

Barre à mine pour arracher les pieds qui ne se laissent pas faire du tout. Après 10 ans de pousse, ils se composent de blocs compacts de racines. Il faut creuser à presque 40 centimètres.

nigra07.jpg
 

Après réflexion on décide d'enlever aussi les pieds au nord, qui ne servent pas en terme d'esthétique, et favorisent le déplacement vers l'est. Je ne vais toutefois pas arracher les pieds, mais juste couper à ras et empêcher par la suite la repousse. Exactement comme on le fera avec la partie séparée du pied principal.

nigra08.jpg
 




ça commence à s'éclaircir !
Le long du coin du bâtiment,
j'ai creusé à 40 cm, les turions s'enfonçaient profondément.

nigra09.jpg
 

Mise en place de la barrière : un reste de plastique de bassin, avec des parpaings un peu en diagonale.

nigra10.jpg
 



Comme la tranchée est plus en profondeur à gauche qu'à droite, où elle finit par afleurer, on recouvre la première rangée de parpaings de deux parpaings couchés.

nigra11.jpg
 

On découpe ce qui dépasse, en s'assurant que le contact est assez fort entre le plastique et le mur.

nigra13.jpg
 

On remet la terre dessus. Assez peu, pour pouvoir intervenir plus tard, dans quelques années.. mais suffisamment pour pouvoir passer la tondeuse à droite.
La partie gauche sera recouvertes de plantes par la suite, la tuile est juste là à titre transitoire.

Résultat

nigra
2013

5 ans après, les bambous restent à la place qui leur est assignée, et en 2017 itou.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://galinou.fr/dotclear2/index.php?trackback/114

Fil des commentaires de ce billet