La sécheresse à En Galinou

Comme nous l'avons déjà dit, notre jardin a été conçu presque dès le départ comme devant subsister dans le climat local sans que nous devions faire un soutien artificiel par définition, donc nuisible à l'équilibre.

Un article sur la pluie et la sécheresse en 2012

Je lis souvent des mots de gens qui se plaignent que leur jardin est en train de mourir de soif, même s'ils arrosent.

Bien sûr, il y a des plantes qui ne supportent pas le manque d'eau, mais souvent c'est un simple repos : afin de ne pas perdre trop d'eau, les arbres perdent leur feuilles, ce qui ne veut pas du tout dire qu'ils meurent, mais qu'ils passent au repos.

Comme d'habitude, cliquez sur une image pour la voir en plus grand

Arroser ?

Comme le savent les gens qui fréquentent ce blog, nous avons décidé au siècle dernier que nous n'arroserions pas. Nuançons : nous ne sommes pas stupides donc les deux ou trois premières années, bien sûr qu'on arrose pour aider. Sinon peu de choses arriveraient à pousser.

Notre idée est de forcer ces plantes à s'enraciner profondément, afin qu'ensuite elles soient dégagées de notre sollicitude.

Les jeunes plants sont arrosés à raison d'un ou deux arrosoirs par plante, tous les 7/10 jours, pas plus. Comme il n'a pas plu depuis la mi juin (pardon, 8 mm il y a une semaine) je fais le tour des jeunes avec le tuyau qui vient de la source. Il me faut quatre tournées d'une heure pour les arroser tous.

Qu'est-ce que ça donne ?

DSC_9630.JPGEn dessous de la grande rocaille, l'herbe (c'est pourtant du chiendent !) est grise et morte. dans les fleurs

Mais les racines sont bien vivantes, et au printemps elle repartira de plus belle :

Dans les 10 premières années du jardin, nous avons vu les effets du climat du Lauragais en été. Par exemple en 1993, un été vraiment terrible :

sec !

On ne dirait pas que le jardin va s'en sortir, hein !
2013

Pourtant une fois que nous eûmes trouvé les plantes qui s'adapteraient à ce genre de climat, 20 ans après, ça donne ça :

Les morts et mourants

Les arbres et arbustes qui ne supportent pas le manque d'eau en été sont morts évidemment.

Corée

Les premiers à avoir disparu sont les rosiers compliqués et fragiles, comme les hybrides de thé que nous avons installés au début, parce que c'était ce que nous avions dans notre jardin... de la banlieue parisienne !

Terracota, un rosier un peu spécial, mais qui ne résistera pas mieux que les autres hybrides.

Il en va de même pour les conifères, certains ont tenu jusqu'à la canicule de 2013, et là en deux ou trois ans, on a perdu les 3/4 d'entre eux.

DSC_9632.JPGLe sapin de Corée (Abies Koreana) n'est pas mort à cette période, mais il s'est séché en commençant par le haut. Il a perdu 3 mètres mais est reparti du bas. Cette année, il recommence, je pense qu'un jour il disparaitra. Corée

Le plus curieux c'est que son cousin, Abies pinsapo est totalement indifférent à ces conditions climatiques, il a mis presque 15 ans à se décider à dépasser le mètre et demi, mais depuis il pousse.

Les plantes qui luttent

DSC_9640.JPG poivrier

Avant de larguer les feuilles, les plantes les recroquevillent, comme ici le fait ce poivrier (Zanthoxylum armatum ou poivrier du Népal)

D'autres qui supportent moins bien perdent leur feuilles. DSC_9623.JPG

Ici c'est un prunus.
C'est assez curieux, d'ailleurs car ce prunus (Prunus sargentii) est quasiment le seul des prunus en arbre à ne pas apprécier le manque d'eau, alors que ses voisins comme le virginiana ne rouspètent pas.
ah, bien sûr, les prunus arbustes plus fragiles, comme les différents glandulosa se dessèchent complétement et repartent de la base, et d'autres ont complétement disparu.

DSC_9625.JPG Si on observe attentivement, on s’aperçoit vite qu'en fait les plantes sont prêtes pour le printemps qui suivra. Voici par exemple un kiwi dont toutes les feuilles sont tombées, mais les boutons sont déjà en formation.

DSC_9637.JPG fente

Même les couvre-sols souffrent et perdent leur feuilles, mais leur fonction principale, qui est de protéger le sol, continue, et nous n'avons plus les terribles fentes que nous avions il y a 20 ans dans lesquelles nous pouvions introduire complétement tout un manche de balais.

 

DSC_9621.JPGLes rosiers simples, comme ici ce musqué (c'est un hybride de moschata 'Verdi') quand ils sont en plein soleil se mettent un peu en grève... évidemment il ne faut pas leur demander de remonter ! quoique certains le font quand même, mais ils sont particulièrement vigoureux.

DSC_9634.JPG

 

Là l'exemple est encore plus frappant : il s'agit d'un jeune érable qui a été planté cet hiver (début 2015) d'un coup il a perdu toutes ses feuilles et on a pensé qu'il n'avait pas aimé du tout et était mort. Pas du tout ! il a refait de toutes petites feuilles dans la foulée et semble en pleine forme.

DSC_9617.JPG

 

 

Celles qui s'en moquent complétement

Heureusement, nous avons trouvé plein de plantes qui supportent tout ça, ainsi que les hivers froids et gadouilleux !

DSC_9619.JPG

DSC_9654.JPG

 

Pas d'eau ? mais qu'importe, les plantes du bord du parking sont prévues pour ça. Elles apportent un air de fraicheur très accueillant.

 

 

DSC_9638.JPGAh celui-ci, on s'en passerait bien, s'il pouvait se mettre au repos à la place de drageonner comme un fou, jusqu'à 20 ou 30 mètres du pied mère !

 

DSC_9644.JPG

 

Au milieu de l'herbe un peu sèche, le bassin, il y a suffisament d'eau pour qu'elle ne s'évapore pas, et qu'est-ce que c'est agréable !

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://galinou.fr/dotclear2/index.php?trackback/95

Fil des commentaires de ce billet